vignette-12
Hildegarde de Bingen est une femme moderne et pourtant ses conseils de santé nous viennent du Moyen-Age, paradoxe étonnant.
Cette abbesse bénédictine allemande, qui a vécu au 12e siècle, nous a transmis de précieux conseils de santé qui sont pour la plupart confirmés par la science d’aujourd’hui.
Femme exceptionnelle et étonnante à la fois, très peu connue du grand public français est admirée et reconnue depuis longtemps dans les pays de langue allemande. Mais qui est Hildegarde de Bingen, son histoire jusqu’à aujourd’hui, sa vision holistique de notre santé, ses conseils alimentaires, ses remèdes et surtout une question, peut-on appliquer aujourd’hui des recettes vieilles de 800 ans ?

Histoire d’hier et d’aujourd’hui.
Hildegarde est née en 1098 à Bermersheim, près d’Alzey, à 25 kilomètres au sud de Mayence, en Allemagne. Elle était la cadette de dix enfants. Le père d’Hildegarde, Hildepert, appartenait à la noblesse de Bermersheim ; il était régisseur des biens de l’évêché de Spire (Speyer).
Dès sa plus tendre enfance, Hildegarde de Bingen étonnait par ses propos.
C’est seulement en l’an 1141,  à l’âge de 43 ans que Hildegarde de Bingen se met à écrire. Elle écrira le scivias, un livre de médecine en 2 volumes , un livre de chants, un traité de psychothérapie, le « vita meritorum » et bien d’autres ouvrages au cours de sa vie… A la fois, écrivain, musicienne, médecin et visionnaire, ses propos sont en avance pour l’époque.
Hildegarde de Bingen a reçu par inspirations ses livres, et c’est son fidèle secrétaire le moine Volmar qui les a consignés par écrits.
Mais pour l’époque, ses propos sont complexes et surtout invérifiables scientifiquement, c’est ainsi qu’un long silence de 8 siècle succèdera à ses écrits.

vignette-20Ce n’est qu’au 20e siècle, que sont redécouverts et expérimentés ses remèdes.  Le Dr Herzka, médecin allemand aujourd’hui décédé, a étudié et vérifié scientifiquement ses conseils et ses recettes de santé. Ses découvertes, entre autres sur le galanga (plante pour le cœur selon Hildegarde de Bingen), a fait sa renommée internationale et l’a encouragé à continuer et à approfondir ses écrits.
Son successeur, le Dr Strelow, a approfondi son enseignement et a conseillé ses remèdes auprès de milliers de patients avec succès.
Hildegarde de Bingen a été reconnue par l’église catholique mais n'a pas été canonisée dans les règles de l'art. Pourtant, son nom apparaît dans le "Martyrologum Romanum" (registre des martyrs et des saints) en 1583. De nombreuses personnes l’appellent Ste Hildegarde, car le peuple a reconnu ses dons de visionnaire bien avant l'administration de Rome.
[Le 10 mai 2012 : Décrets suivants: Extension à l'Eglise universelle du culte de Ste Hildegarde von Bingen (1089 - 1179), abbesse bénédictine, et inscription de son nom au catalogue des saints. Le 7 octobre 2012 : Déclaration d'Hildegarde Von Bingen : Docteur de l'église (4ème femme de l'histoire).]
Aujourd’hui, un grand nombre de personnes s’intéressent à  son œuvre et découvrent la richesse de ses écrits, on peut d’ailleurs les consulter à la bibliothèque régionale de Hesse à Wiesbaden en Allemagne.

Sa vision holistique de notre santé
Hildegarde de Bingen ne s’arrête pas aux conditions matérielles de notre santé comme sans doute, on a trop tendance à le faire     aujourd’hui. Dans son livre le « vita meritorum », elle nous enseigne une vision holistique du corps humain.
Elle y décrit une psychothérapie propre à elle-même et nous révèle les extraordinaires forces de vie et de guérison de notre âme. Des forces capables entre autres de prévenir les maladies, voire de les guérir. On sait aujourd’hui l’importance de notre pensée grâce aux expériences (de Masaru Emoto sur l’eau et sur le riz ou du Dr Emile Coué).
Elle nous apprend également que tout dysfonctionnement d’ordre psychique ou physique est porteur d’un message, que derrière chaque maladie, notre corps, notre âme et notre esprit forment un trio inséparable.
Selon elle, les maladies ont pour cause un dérèglement de l’âme. C’est ainsi qu’elle décrit comment les forces négatives affligeant notre âme nous détruisent physiquement et aussi comment les forces positives régénèrent notre corps en régénérant notre âme et donc en améliorant notre santé. Pour résumer sa vision des choses, on peut dire que chacune de nos pensées peut nous affaiblir ou nous fortifier, selon qu’elle est positive ou négative.
C’est un peu la pensée positive revue et corrigée pour remettre ses écrits dans le contexte actuel.

L’alimentation
Sa conception de la nourriture est différente de ce que l’on nous propose actuellement. Cependant, elle est en accord avec les principes de bases de la diététique moderne.
Le régime alimentaire qu’elle nous propose est basé essentiellement sur l’épeautre (non hybridé) qu’elle nous invite à mettre à chaque repas. Pour mieux comprendre l’effet régénérant de cette nouvelle façon de s’alimenter, il faut connaître les substances contenues dans l’épeautre.
Tout d’abord, l’épeautre est une céréale de la famille des poacées, proche du blé mais vêtu (le grain reste couvert de sa balle lors de sa récolte).
Ses principes actifs, ou pour reprendre une expression selon Hildegarde, son principe de subtilité… sont étonnants. Ce qui vient ci-après est tiré d’une analyse sur l’épeautre réalisée par les Dr Strelow et Dr Wolfgang Weuffen de l’université de Greifswald en Allemagne. Ce dernier s’est particulièrement penché sur le thiocyanate, substance que l’on retrouve dans l’épeautre et qui nous donne force et vitalité :

vignette-19- elle stimule la production cellulaire au niveau de la peau, des cheveux et des ongles ;
- elle stimule la production de moelle rouge, ce qui est excellent pour le sang et l’immunité ;
-  il combat efficacement toutes sortes d’inflammations ;
-  il protège des infections dues aux virus, bactéries, champignons ;
-  il a des propriétés anti-allergiques…
Parmi les autres bienfaits de l’épeautre, citons :
- sa richesse en protéines, hydrates de carbone, graisses non saturées…
- sa richesse en 45 minéraux et oligoéléments nécessaires à la fabrication et à la régénération des os et des cartilages…
Les récentes découvertes scientifiques sur l’épeautre confirment les écrits de Hildegarde :
« L’épeautre est la meilleure des céréales. Il réchauffe, lubrifie et est de haute valeur nutritive. L’organisme humain le tolère mieux que n’importe quelle autre céréale. L’épeautre est bon pour les muscles et le sang, et il donne de l’entrain. Il met de bonne humeur et rend joyeux. Il est tout aussi excellent sous forme de pain que mélangé à des mets cuits ; et il se digère très bien. »
Ses conseils alimentaires ne s’arrêtent pas là, elle aborde aussi chaque aliment en donnant pour chacun d’eux, ses pouvoirs curatifs sur l’organisme.
Elle nous parle ainsi des légumes, des fruits, des viandes, du poisson en nous donnant des indications précises…
Elle conseille entre autres particulièrement le fenouil qui selon elle à une grande force curative. Mais elle nous met aussi en garde contre quatre aliments qu’elle qualifie de poisons pour l’organisme. Il s’agit de la fraise, de la prune, de la pêche et du poireau.
Hildegarde de Bingen, à travers ses écrits et ses recettes nous donne une alimentation santé, revivifiante et pleine de bon sens. Ses conseils alimentaires nous permettent entre autres de lutter contre les problèmes d’acidité, le stress, de prévenir globalement les problèmes de santé.
Que ton aliment soit ta seule médecine nous disait en son temps Hippocrate. Hildegarde de Bingen va tout a fait dans ce sens.

 

Ses remèdes
Hildegarde de Bingen nous décrit énormément de  remèdes pour de nombreux problèmes de santé qui nous touchent particulièrement aujourd’hui. D’où une certaine modernité de ses conseils dans ses écrits. C’est ainsi qu’elle nous donne des remèdes très divers contre les problèmes de cœur, les problèmes gastro-intestinaux, les insomnies, la perte de cheveux…
Pour remédier à tous ces problèmes, elle nous propose des thérapeutiques à base de plantes et d’épices, mais aussi de pierres (catalyseur d’énergie), le sauna et les bains…
Certains sont très faciles à réaliser soi-même, d’autres sont plus compliqués.
Parmi les remèdes conseillés, ceux à base de pierres peuvent paraître surprenants, elle nous indique par exemple la calcédoine pour les gens qui ont tendance à être coléreux. L’onyx est un remède selon elle pour combattre les états de tristesse. L’améthyste y est décrite comme soin de la peau…
Quant aux remèdes à base de plantes, ils sont élaborés souvent sous forme d’élixirs ou de poudres de plantes, parmi celles-ci, on retrouve le fenouil, le dictame blanc, l’absinthe, la lavande, l’aneth, le serpolet…
Parmi les plantes et les épices, elle décrit aussi des remèdes contre la tristesse, la mélancolie, qu’il est primordial d’éliminer selon elle pour se maintenir en bonne  santé.
C’est ainsi qu’elle nous donne une recette (parmi beaucoup d’autres) à base d’épices et d’épeautre :

vignette-22LES GÂTEAUX DE LA JOIE
45 g de noix de muscade
45 g de cannelle
10 g de clou de girofle
1 kg de farine d’épeautre
300 g de beurre
300 g de miel
300 g d’amandes douces pilées
4 œufs
½ cuillerées à café de sel
Eau ou lait
Mélanger les ingrédients avec suffisamment d’eau ou de lait.

Les adultes peuvent manger quotidiennement 4 ou 5 biscuits, les enfants 3.
Hildegarde nous dit au sujet de ces gâteaux : « Ils dispersent l’amertume qui est dans ton cœur, ils l’apaisent et l’ouvrent. Mais ils ouvrent aussi tes cinq sens, te rendent gai, purifient tes organes sensoriels, réduisent les humeurs nocives et donnent à ton sang une bonne composition. Ils te rendent robuste, joyeux et efficace dans ton travail. »
Elle nous décrit encore bien d’autres remèdes faciles à mettre en application, mais le premier, c’est l’alimentation.
Sa vision holistique de la santé doit nous faire prendre en compte les différents aspects de notre être, pour un résultat optimal !

 

Pour conclure, on peut dire qu’appliquer les principes de santé d’Hildegarde de Bingen, dans notre société d’aujourd’hui, ne pose pas de problèmes tant la profondeur de ses écrits et sa vision des choses paraissent moderne.
C’est là justement tout l’intérêt de redécouvrir la sagesse des anciens.
Il est possible actuellement de mettre en œuvre ses recommandations, en mettant en place ses conseils culinaires, ses remèdes, sa psychothérapie en écoutant la musique qu’elle a composée et en découvrant une nouvelle approche de santé.
Approche qui se veut avant tout holistique et d’avant-garde, les conseils  bien-être d’Hildegarde de Bingen n’ont pas fini de nous étonner par leur sagesse !

Rédigé par Mélody Molins, pour le Magazine Biocontact. (Juillet-Août 2008)

Source :http://www.institut-hildegardien.com