chiendentLes vertus du "Cynodon dastulon" ou du "chiendent" sont très connues en Inde où le terme sanscrit est "durva", ce qui signifie "mangé par les animaux". C’est une plante sacrée en Inde qui est offerte à la déité à tête d’éléphant, Ganesha. Les textes anciens Dhanvantari, Kaiyadeva et Raja Nighantus citent déjà cette plante dès l’antiquité et les textes ayurvédiques mentionnent aussi le chiendent ou "durva" pour ses propriétés médicinales : hémostatique, diurétique, dépuratives…
Pourtant, chez nous, c’est une mauvaise herbe et on ignore de nos jours qu’elle est riche en protéines, en minéraux, les oxydes de magnésium, en phosphore, en calcium sodium et potassium, en carotène et en vitamine C…en acide palmitique, triterpenoides, alcaloïdes ergonovine et ergonovinine etc.. L’extrait alcoolique de la plante entière présente une activité antivirale contre le virus de la vaccinia (sorte de varicelle).

Le chiendent ou "durva" est astringent, au goût sucré, à un effet sur la digestion et pour l’ayurvéda, il rafraîchit la personne quand elle a trop de "pitta", de "feu" dans son corps. Une pâte faite de feuilles ou l’huile de la plante est utilisée en cas de plaies, d’hémorragies, de sensations de brûlure et de dépigmentation de la peau. En cas de cataractes, le jus frais des plantes est instillé dans les yeux. Ce même jus permet de contrôler efficacement le saignement nasal, lorsqu’il est utilisé sous forme de gouttes nasales. La pâte des feuilles peut s’appliquer sur le front en cas de maux de tête. La sensation de brûlure dans les troubles de la peau comme l’urticaire, l’érysipèle, sont effectivement soulagés par l’application de cette pâte.
En usage interne, la plante arrête le saignement dans la dysenterie, la diarrhée, etc… Elle agit contre l’hémorragie utérine, renforce l’utérus, augmente la croissance du fœtus. Le jus de plante donnée avec de l’eau de riz et de sucre candi, freine les vomissements.
Bref, vous regarderez différemment ces plantes dites "mauvaises herbes" qui ont tant de vertus ignorées dans la culture occidentale, ou peut-être oubliées. Pourtant de nos jours, l’herboristerie permet de l’utiliser sous forme de gélules ou de gouttes.

Posologie: 1 cuillerée à soupe pour 1/4 de litre d'eau froide, faire bouillir 2 à 3 mn, laisser infuser 10 mn. 2 à 3 tasses par jour.

Sources:
http://notreterre.wordpress.com
"Secrets d'une herboriste" Marie-Antoinette MULOT